Guillaume Apollinaire meurt le 9 novembre 1918 de la grippe espagnole, affaibli par sa blessure et les gaz de combat. Le poème est un emblème du credo esthétique d’Apollinaire. Il tom… Guillaume Apollinaire, Calligramme, extrait du … Texte et dossier, Calligrammes, Guillaume Apollinaire, Gallimard. Voir plus d'idées sur le thème calligramme, calligramme apollinaire, guillaume apollinaire. La Tête étoilée. Calligrammes. Le poème évoque les figures de la « période rose » de Picasso ; comme chez Baudelaire, le saltimbanque créateur d’une « musique des formes » est une allégorie de l’artiste. Titre : Apollinaire a conduit en mai 1913 des visites de ce quartier de Paris, en se servant des Promenades dans les rues de Paris par arrondissements du marquis de Rochegude (1910). Sept mois avant sa mort, Apollinaire publie des poèmes « de la paix et de la guerre », écrits de 1913 à 1916, sous le titre Calligrammes.Ce néologisme, qu'il forge à partir des mots « calligraphie » et « idéogramme », annonce un mode d'expression original : le poème-dessin, qui … La flamme « renversée » désigne le caractère antinaturel de la création. Certaines heures sont marquées par des jeux de mots ou des rébus (voir les notes c-dessous). Guillaume Apollinaire (1880-1918) est un poète français, dont lœuvre incarne l« esprit nouveau » du début du siècle. Le recueil n’a pas vu le jour, mais les sept poèmes ont paru dans le Mercure de France, nº 433, 1er juillet 1916, sous le titre Lueurs des tirs. Cette œuvre a été écrite sur un support papier. Lueurs des tirs. Elle est au-delà de la vie confortable. 251. Le sous-titre du recueil Calligrammes est d'ailleurs " Poèmes de la paix et de la guerre ". Invérifiable sans être fausse, cette légende contribue à faire de « Lundi rue Christine » l’exemple-type du « poème-conversation », et un manifeste de l’esthétique « simultanéiste ». Calligrammes, sous-titré Poèmes de la paix et de la guerre 1913-1916, recueil de poésie de Guillaume Apollinaire publié le 15 avril 1918 aux éditions Mercure de France, et contenant de nombreux calligrammes. Le dessin ainsi formé est généralement le sujet du texte. 183. La 1re édition à 25 exemplaires de Case d’Armons a été polygraphiée sur papier quadrillé, à l’encre violette, au moyen de gélatine, à la batterie de tir (45e batterie, 38e Régiment d’artillerie de campagne) devant l’ennemi, et le tirage a été achevé le 17 juin 1915. Inventé par Guillaume Apollinaire en 1918, un calligramme est un poème dont les vers sont disposés de façon à former un dessin en rapport avec le poème. du matin et j’ai déjà bu un mouton, le câblogramme comportait 2 mots en sûreté, Madame Salmajour avait appris en Océanie à tirer les cartes, C’est là-bas qu’elle avait eu encore l’occasion de participer, En ce qui concerne l’avenir elle ne se trompait jamais, Une cartomancienne céretane Marguerite je ne sais plus quoi, Tout ce qu’elle m’a dit du passé était vrai et tout ce qu’elle, M’a annoncé s’est vérifié dans le temps qu’elle indiquait, J’ai connu un sciomancien mais je n’ai pas voulu qu’il interrogeât mon ombre, Je connais un sourcier c’est le peintre norvégien Diriks, Miroir brisé sel renversé ou pain qui tombe, Puissent ces dieux sans figure m’épargner toujours, Au demeurant je ne crois pas mais je regarde et j’écoute et notez, Car je ne crois pas mais je regarde et quand c’est possible j’écoute, Tout le monde est prophète mon cher André Billy, Mais il y a si longtemps qu’on fait croire aux gens, Qu’ils n’ont aucun avenir qu’ils sont ignorants à jamais, Qu’on en a pris son parti et que nul n’a même l’idée, De se demander s’il connaît l’avenir ou non, Il n’y a pas d’esprit religieux dans tout cela, Ni dans les superstitions ni dans les prophéties, Ni dans tout ce que l’on nomme occultisme, Il y a avant tout une façon d’observer la nature, J’ai enfin le droit de saluer des êtres que je ne connais pas, Ils passent devant moi et s’accumulent au loin, Tandis que tout ce que j’en vois m’est inconnu, Et leur espoir n’est pas moins fort que le mien, Je ne chante pas ce monde ni les autres astres, Je chante toutes les possibilités de moi-même hors de ce monde et des astres, Je chante la joie d’errer et le plaisir d’en mourir, Passeur des morts et les mordonnantes mériennes, Des millions de mouches éventaient une splendeur, Quand un homme sans yeux sans nez et sans oreilles, Quittant le Sébasto entra dans la rue Aubry-le-Boucher, Jeune l’homme était brun et ce couleur de fraise sur les joues, Il jouait de la flûte et la musique dirigeait ses pas, Il s’arrêta au coin de la rue Saint-Martin, Jouant l’air que je chante et que j’ai inventé, Les femmes qui passaient s’arrêtaient près de lui, Lorsque tout à coup les cloches de Saint-Merry se mirent à sonner, Le musicien cessa de jouer et but à la fontaine, Qui se trouve au coin de la rue Simon-Le-Franc, Et revenant sur ses pas marcha jusqu’à la rue de la Verrerie, Où il entra suivi par la troupe des femmes, Qui venaient par les rues traversières les yeux fous, Les mains tendues vers le mélodieux ravisseur, Il s’en allait indifférent jouant son air, À quelle heure un train partira-t-il pour Paris, Les pigeons des Moluques fientaient des noix muscades, Mission catholique de Bôma qu’as-tu fait du sculpteur, Elle traverse un pont qui relie Bonn à Beuel et disparaît à travers Pützchen, Rivalise donc poète avec les étiquettes des parfumeurs, En somme ô rieurs vous n’avez pas tiré grand-chose des hommes, Et à peine avez-vous extrait un peu de graisse de leur misère, Mais nous qui mourons de vivre loin l’un de l’autre, Tendons nos bras et sur ces rails roule un long train de marchandises, Tu pleurais assise près de moi au fond d’un fiacre, Tu me ressembles tu me ressembles malheureusement, Nous nous ressemblions comme dans l’architecture du siècle dernier, Ces hautes cheminées pareilles à des tours, Nous allons plus haut maintenant et ne touchons plus le sol, Le cortège des femmes long comme un jour sans pain, Suivait dans la rue de la Verrerie l’heureux musicien, C’est quand jadis le roi s’en allait à Vincennes, Quand les ambassadeurs arrivaient à Paris, Quand le maigre Suger se hâtait vers la Seine, Quand l’émeute mourait autour de Saint-Merry, Les femmes débordaient tant leur nombre était grand, Et leurs pas légers et prestes se mouvaient selon la cadence, L’inconnu s’arrêta un moment devant une maison à vendre, La cour sert de remise à des voitures de livraisons, Sa musique qui s’éloignait devint langoureuse, Les femmes le suivirent dans la maison abandonnée, Et toutes y entrèrent confondues en bande, Toutes toutes y entrèrent sans regarder derrière elles, Sans regretter le jour la vie et la mémoire, Il ne resta bientôt plus personne dans la rue de la Verrerie, Sinon moi-même et un prêtre de Saint-Merry, C’est quand jadis le roi revenait de Vincennes, Il vint des soldats de la garde républicaine, Troupeau de regards langoureux des femmes, J’entends mourir le son d’une flûte lointaine, la cravate douloureuse que tu portes et qui t’orne ô civilisé ôte-la si tu veux bien respirer, la beauté de la vie passe la douleur de mourir, l’infini redressé par un fous de philosophe, et le vers dantesque luisant et cadavérique, Comme c’était la veille du quatorze juillet, Je descendis dans la rue pour aller voir les saltimbanques, Dans ma jeunesse on en voyait beaucoup plus qu’aujourd’hui, Ils s’en sont allés presque tous en province, Et sur une petite place située entre Saint-Germain-des-Prés et la statue de Danton, La foule les entourait muette et résignée à attendre, Je me fis une place dans ce cercle afin de tout voir, Villes de Belgique soulevées à bras tendu par un ouvrier russe de Longwy, Haltères noirs et creux qui ont pour tige un fleuve figé, Doigts roulant une cigarette amère et délicieuse comme la vie, De nombreux tapis sales couvraient le sol, Tapis qui ont des plis qu’on ne défera pas, Tapis qui sont presque entièrement couleur de la poussière, Et où quelques taches jaunes ou vertes ont persisté, Comme un air de musique qui vous poursuit, La cendre de ses pères lui sortait en barbe grisonnante, Il portait ainsi toute son hérédité au visage, En tournant machinalement un orgue de Barbarie, Dont la lente voix se lamentait merveilleusement, Les glouglous les couacs et les sourds gémissements, Le plus vieux avait un maillot couleur de ce rose violâtre qu’ont aux joues certaines jeunes filles fraîches mais près de la mort, Ce rose-là se niche surtout dans les plis qui entourent souvent leur bouche, Les bras les bras partout montaient la garde, Avec son pantalon bouffant et les accroche-chaussettes, N’aurait-il pas eu l’apparence d’un maquereau à sa toilette, La musique se tut et ce furent des pourparlers avec le public, Qui sou à sou jeta sur le tapis la somme de deux francs cinquante, Au lieu des trois francs que le vieux avait fixés comme prix des tours, Mais quand il fut clair que personne ne donnerait plus rien, De dessous l’orgue sortit un tout petit saltimbanque habillé de rose pulmonaire, Avec de la fourrure aux poignets et aux chevilles, Et saluait en écartant gentiment les avant-bras, Une jambe en arrière prête à la génuflexion, Il salua ainsi aux quatre points cardinaux, Son corps mince devint une musique si délicate que nul parmi les spectateurs n’y fut insensible, Que moulait l’homme au visage couvert d’ancêtres, Et que l’organiste se cacha le visage dans les mains, Aux doigts semblables aux descendants de son destin, Fœtus minuscules qui lui sortaient de la barbe, Les saltimbanques soulevèrent les gros haltères à bout de bras, Mais chaque spectateur cherchait en soi l’enfant miraculeux, Mon Cœur semblable à une flamme renversée, Les rois qui meurent tour à tour renaissent au cœur des poètes, Dans ce miroir je suis enclos vivant et vrai comme on imagine les anges et non comme sont les reflets, dans les vals et les beaux bois frais du tendre été si pâle, la douce nuit lunaire et pleine d’étoiles, Ton visage écarlate ton biplan transformable en hydroplan, Ta maison ronde où il nage un hareng saur, 90 ou 324 un homme en l’air un veau qui regarde à travers le ventre de sa mère, Le vieux se lave les pieds dans la cuvette, Je me mis à pleurer en me souvenant de vos enfances, Et toi tu me montres un violet épouvantable, Ce petit tableau où il y a une voiture m’a rappelé le jour, Un jour fait de morceaux mauves jaunes bleus verts et rouges, Où je m’en allais à la campagne avec une charmante cheminée tenant sa chienne en laisse, Il n’y en a plus tu n’as plus ton petit mirliton, La cheminée fume loin de moi des cigarettes russes, À travers l’Europe vêtue de petits feux multicolores, Il pleut des voix de femmes comme si elles étaient mortes même dans le souvenir, c’est vous aussi qu’il pleur merveilleuses rencontres de ma vie ô gouttelettes, et ces nuages cabrés se prennent à hennir tout comme un univers de villes auriculaires, écoute s’il pleut tandis que le regret et le dédain pleurent une ancienne musique, écoute tomber les liens qui te retiennent, Je partis de Deauville un peu avant minuit, Des géants furieux se dressaient sur l’Europe, Les aigles quittaient leur aire attendant le soleil, Les poissons voraces montaient des abîmes, Les peuples accouraient pour se connaître à fond, Les morts tremblaient de peur dans leurs sombres demeures, Les chiens aboyaient vers là-bas où étaient les frontières, Je m’en allais portant en moi toutes ces armées qui se battaient, Je les sentais monter en moi et s’étaler les contrées où elles serpentaient, Avec les forêts les villages heureux de la Belgique, Francorchamps avec l’Eau Rouge et les pouhons, Région par où se font toujours les invasions, Artères ferroviaires où ceux qui s’en allaient mourir, Océans profonds où remuaient les monstres, Et descend tout à coup comme une étoile filante, Je sentais en moi des êtres neufs pleins de dextérité, Bâtir et aussi agencer un univers nouveau, Un marchand d’une opulence inouïe et d’une taille prodigieuse, De grands troupeaux muets qui broutaient les paroles, Et contre lesquels aboyaient tous les chiens sur la route, Au moment où l’on affichait la mobilisation, Que la petite auto nous avait conduits dans une époque, Et bien qu’étant déjà tous deux des hommes mûrs, Ô départ sombre où mouraient nos 3 phares, comme la balle à travers le corps le son traverse la vérité car la raison c’est ton art femme, o batailles la terre tremble comme une ma[n] doline, Que cet œillet te dise la loi des odeurs qu’on n’a pas encore promulguée et qui viendra un jour régner sur nos cerveaux bien + précise & + subtile que les sons qui nous dirigent, Je préfère ton nez à tous tes organes ô mon amie, Ô nez de la pipe les odeurs-centre fourneau y forgent les chaînes univers infiniment déliées qui lient les autres raisons formelles, Des fleurs à ras du sol regardent par bouffées, Les boucles des odeurs par tes mains décoiffées, Mais je connais aussi les grottes parfumées, Où plus doux que la nuit et plus pur que le jour, Tu t’étends comme un dieu fatigué par l’amour, Je me suis engagé sous le plus beau des cieux, Je suis un charretier du neuf charroi de Nîmes, Épousent ardemment et sans cesse les buts, J’attends que le printemps commande que s’en aille, Vers le nord glorieux l’intrépide bleusaille, Les 3 servants assis dodelinent leurs fronts, Où brillent leurs yeux clairs comme mes éperons, J’entends sonner les trompettes d’artillerie, Qui va rejoindre au front notre beau régiment, À l’anchois en parlant de sa femme malade, 4 pointeurs fixaient les bulles des niveaux, Qui remuaient ainsi que les yeux des chevaux, Un grand air d’opéra toi l’écoutant tu pleures, Gris comme l’eau de Seine et je songe à Paris, Des obus dans la nuit la splendeur argentine, Je selle mon cheval nous battons la campagne, Je te salue au loin belle rose ô tour Magne, Mais près d’un jet d’eau qui pleure et prie, Ceux qui sont partis à la guerre au nord se battent maintenant, Jardins où saigne abondamment le laurier rose fleur guerrière, Me voici libre et fier parmi mes compagnons, Le Réveil a sonné et dans le petit jour je salue, Les 3 servants bras dessus bras dessous se sont endormis sur l’avant-train, Et conducteur par mont par val sur le porteur, Au pas au trot ou au galop je conduis le canon, Le bras de l’officier est mon étoile polaire, Il pleut mon manteau est trempé et je m’essuie parfois la figure, Avec la serviette-torchon qui est dans la sacoche du sous-verge, Voici des fantassins aux pas pesants aux pieds boueux, La pluie les pique de ses aiguilles le sac les suit, Le lièvre détale et voici un ruisseau que j’aime, Et cette jeune femme nous salue charretiers, La Victoire se tient après nos jugulaires, Et calcule pour nos canons les mesures angulaires, Nos salves nos rafales sont ses cris de joie, Ses fleurs sont nos obus aux gerbes merveilleuses, Sa pensée se recueille aux tranchées glorieuses, qui a foutu la vxxxxx à toute l’artillerie, l’artillerie ne s’est pas aperçu qu’elle avait mal au [cul], Sacré nom de Dieu quelle allure nom de Dieu quelle allure, souvenirs de Paris avant la guerre ils seront bien plus doux après la victoire, salut monde dont je suis la langue éloquente que sa bouche ô Paris tire et tirera toujours aux Allemands, j’entends chanter l’oiseau le bel oiseau rapace, J’entends les pas des grands chevaux d’artillerie allant au trot sur la grand-route où moi je veille, Un grand manteau gris de crayon comme le ciel m’enveloppe jusqu’à l’oreille, Souvenirs de mes compagnons morts à la guerre, Comme cent fourrures ne font qu’un manteau, Comme ces milliers de blessures ne font qu’un article de journal, Apparence impalpable et sombre qui avez pris, Vous ne connaîtrez plus les poèmes divins que je chante, Tandis que moi je vous entends je vous vois encore, Vous qui m’aimez assez pour ne jamais me quitter, Et qui dansez au soleil sans faire de poussière, Se love de la mer jusqu’à l’espoir attendrissant de l’Est, dans la solution de bicarbonate de sodium, les masques seront simplement mouillés des larmes de rire de rire, Chevaux couleur cerise limite des Zélandes, Des mitrailleuses d’or coassent des légendes, Je t’aime liberté qui veilles dans les hypogées, Harpe aux cordes d’argent ô pluie ô ma musique, L’invisible ennemi plaie d’argent au soleil, Les villes tour à tour deviennent des clefs, Guerre paisible ascèse solitude métaphysique, mais l’auto-bazar que l’on dit merveilleux, Rapidité attentive à peine un peu d’incertitude, Mais la couleuvre me regarde dressée comme une épée, Un trou d’obus propre comme une salle de bain, Le crapaud chantait les saphirs nocturnes, Et le long du canal des filles s’en allaient, On tire dans la direction « des bruits entendus », Ne pleurez donc pas sur les horreurs de la guerre, Le glaive antique de la Marseillaise de Rude, Venus des Atlantides ou bien des Négrities, Rivière d’hommes forts et d’obus dont l’orient chatoie, Embaume les espoirs d’une armée qui halète, Où le crapaud module un tendre cri d’azur, Un rossignol meurtri par l’amour chante sur, Le rosier de ton corps dont j’ai cueilli les roses, Nos cœurs pendent ensemble au même grenadier, Et les fleurs de grenade en nos regards écloses, En tombant tour à tour ont jonché le sentier, C’est dans la cagnat en rondins voilés d’osier, Auprès des canons gris tournés vers le nord, Où l’on dansait où l’on chantait où l’on faisait l’amour, Je me souviens du si délicat si inquiétant, C’était donc une tête de nègre dans la nuit profonde, Moins sauvage que notre cagnat de canonniers-servants, J’ai connu l’horreur de l’ennemi qui dévaste, Et les garçons dont la croupe dure sursaute, Je suis soldat français on m’a blanchi du coup, Pourquoi donc être blanc est-ce mieux qu’être noir, Et nous tirons sur les ravitaillements boches, Ou sur les fils de fer devant les bobosses, Et de couples enchaînés par un atroce amour, Qui donc saura nous faire oublier telle ou telle partie du monde, Où est le Christophe Colomb à qui l’on devra l’oubli d’un continent, C’était un temps béni nous étions sur les plages, Va-t’en de bon matin pieds nus et sans chapeau, L’amour blessait au cœur les fous comme les sages, C’était un temps béni Le temps du vaguemestre, On est bien plus serré que dans les autobus, Et des astres passaient que singeaient les obus, Quand dans la nuit survint la batterie équestre, C’était un temps béni Jours vagues et nuits vagues, À limer jusqu’au soir d’invraisemblables bagues, Les Servants ont limé la bague au long des mois, Le Conducteur écoute abrité dans les bois, La chanson que répète une étoile inconnue. Notre civilisation a plus de finesse que les choses qu’ils emploient . Exercice. Biographie courte - Guillaume Apollinaire (1880-1918) est un poète français, pionnier de la poésie moderne. Les premiers voyaient l'intérêt de parler d'érotisme…. Apollinaire a retranché quelques passages qu’il a sans doute jugés exhibitionnistes (« Je suis fier de ma virilité puisqu’elle se dresse »), digressifs (une note sur « le train entre Vera Cruz et Mexico », qui ramenait du côté de « Lettre-Océan »), ou redondants. Nous sommes en 1918, avec ce calligramme Guillaume Apollinaire présente la Tour Eiffel comme un symbole de la force de la France… Un calligramme : Poème écrit en forme de dessin. Publication préoriginale : sous le titre « Paysage animé », Les Soirées de Paris, nº 26 et 27, juillet-août 1914. Publication préoriginale : Mercure de France, nº 433, 1er juillet 1916. La technique des poèmes dessinés remonte à l’Antiquité grecque puis a été reprise à la Renaissance. Le calligramme est un poème visuel où les vers sont composés typographiquement de manière à former un dessin. Lithos de Chirico (1930) (Paris,) Gallimard , 1930. Apollinaire, après avoir été « observateur aux lueurs » (v. 18 ; voir « Lueurs », p. 000), est « chef de pièce au canon ». Publication préoriginale : Les Soirées de Paris, nº 21, 15 février 1914. 7 avr. Chalet de Pont Peyron. Apollinaire invente le mot « Calligramme » en contractant deux mots : calligraphie (art de la belle écriture) et idéogramme (signe représentant un mot ou une idée). 126. « Les rois » font allusion à l’actualité : le roi de Grèce avait été assassiné le 18 mars 1913 (le même thème apparaissait dans « Vendémiaire », p. 000). ... Je ne suis pas sentimental à l’excès comme le sont ces gens sans mesure que leurs actions dépassent sans qu’ils sachent s’amuser. tu assassines les arbres qui sont tes G.V.C. Sept mois avant sa mort, Apollinaire publie des poèmes « de la paix et de la guerre », écrits de 1913 à 1916, sous le titre Calligrammes.Ce néologisme, qu'il forge à partir des mots « calligraphie » et « idéogramme », annonce un mode d'expression original : le poème-dessin, qui … Créateur de mots, il s’était adonné à son art en inventant son univers à partir de ses néologismes. Il meurt à Paris le 9 novembre 1918 de la grippe espagnole, mais est déclaré mort pour la France2 en raison de son engagement durant la guerre. Poèmes de la paix et de la guerre (1913-1916). Publication préoriginale : Les Écrits français, nº 1, 5 décembre 1913. 9 sept. 2014 - Explorez le tableau « Calligramme » de Marie-Eve Riopel, auquel 107 utilisateurs de Pinterest sont abonnés. Celle-ci vit en Espagne (d’où « l’infante », v. 4) avec son mari allemand : le poète la voue à l’exil (v. 5), et substitue aux « écharpes changeantes » de Marie un « drapeau » (v. 7) qui flotte virilement sur le front du Nord. Guillaume Albert Vladimir Alexandre Apollinaire de Kostrowitzky1, dit Guillaume Apollinaire, est un poète et écrivain français, critique et théoricien d'art qui seraitNote 1 né sujet polonais de l'Empire russe, le 25 août 1880 à Rome. 125. 84. Nous reproduisons ici la disposition des Soirées de Paris, plus lisible et plus cohérente que celle de l’édition originale où la première image est en page impaire et la seconde, basculée à l’horizontale sur deux pages ; nous avons conservé la signature, qui disparaît bien entendu dans l’originale. Publication préoriginale : L’Union des automobilistes et aviateurs militaires, nº 2, juillet 1916. in-4°, 273 p., fig., couv. Ils acquiesçaient tous son importance, mais jusqu'à quel point? 63. Comme pour « Les Fenêtres », une légende du poème en explique les détails : l’ami, Jacques Dyssord, en partance pour Tunis où il veut fonder un journal, le Danois Peter Madsen, la brasserie, la servante rousse (voir Po, p. 1081). Il grandit avec sa mère à Monaco et à à Nicepuis part s’installer à Paris à l’âge de 20 ans. source wikipédia. Ceux qui la portait vraiment dans leur cœur, comme quelque chose d'existentielle, ce divisaient eux aussi en deux familles: les innovateurs et les conservateurs. Nous sommes en 1918, avec ce calligramme Guillaume Apollinaire présente la Tour Eiffel comme un symbole de la force de la France… 15 idées d’illustrations simples à faire soi-même | Déconome 15 illustrations dont vous pouvez vous inspirer pour créer les vôtres et remplir vos cadres d'oeuvres personnalisées et aux couleurs de votre décor. Calligrammes 1918 Guillaume Apollinaire. De nombreux poèmes avaient été. Avec un portrait de l'auteur par Pablo Picasso, gravé sur bois par R. Jaudon. Publication préoriginale : Les Soirées de Paris, nº 19, 15 décembre 1913. 81. Voir des calligrammes "Libres, l'homme et la femme un jour vaincront la mort" Apollinaire produit une œuvre diversifiée et en prise avec son époque. Le sous-titre du recueil Calligrammes est d'ailleurs " Poèmes de la paix et de la guerre ". Le lecteur ne doit plus se contenter de lire, il doit déchiffrer le poème comme s’il s’agissait d’un hiéroglyphe. La Tour Eiffel -Apollinaire- Calligramme "Salut monde dont je suis la langue éloquente que sa bouche ô Paris tire et tirera toujours aux allemands". J.-C). Aimer Apollinaire revient toujours quelque peu à l’opposer à lui-même, à l’aborder par l’un de ses côtés en oubliant qu’il en est d’autres. Publication préoriginale : La Grande Revue, nº 11, novembre 1917. Le miroir forme une mandorle, forme où s’inscrit la figure du Christ dans la peinture byzantine. C'est un calligramme qui fait partie du recueil Calligrammes publié en 1980.