La littérature orale participe de ce que les linguistes ont qualifié de fonction conative, en ceci qu’elle vise à influencer le comportement des destinataires. Ces ouvrages honorent deux grands spécialistes de l’oralité africaine : Paroles Nomades (noté PN) est offert en hommage à Christiane Seydou et Approches littéraires de l’oralité africaine (noté AL) à Jean Derive. 12Comme les épopées orales, les contes reflètent les structures et valeurs sociales. Koffi Kwahulé disait : « Quoi que j’écrive, l’africanité reste présente dans mon oeuvre. Ces deux rôles se combinent même dans certains contes complexes comme celui de Jaak et son épouse serpent16 (AL, Sega Touré). Sur le plan de la construction ou du rôle des personnages, la littérature écrite paraît également porteuse d’une plus grande complexité. Jugeant ce procédé trop complexe et trop systématique pour être le fait d’un auteur unique, Parry y a vu l’héritage de plusieurs générations d’aèdes qui ont, au fur et à mesure de leurs improvisations, sélectionné sans s’en rendre compte les épithètes les mieux adaptés à la prosodie. Le traitement romanesque diffère de la retranscription en ce que les descriptions sont plus développées et le lexique plus recherché (PN, Skattum). Le, est pratiqué lors des départs pour la chasse et des cérémonies d’intronisation. Réflexion sur l’oralité, notre Villageois observe de très près l’évolution des lettres africaines. Dans le conte traditionnel, les héroïnes ont le plus souvent la vie sauve, parce qu’elles demeurent intégrées et protégées par leur environnement social ; à l’inverse, dans la version contemporaine, la rencontre avec le serpent est généralement fatale, la jeune fille étant dépourvue de protection dans l’anonymat de la grande ville. Lorsqu’il délivre son récit, il combine improvisation et sollicitation de la mémoire à court terme, tel le professeur qui effectue une démonstration au tableau. . D. Monofila - qui signe l’article ci-dessous - est un intervenant régulier de ce Blog. En effet, dans … Au Nigeria, une série de contes igbo présente des enfants placés, reflétant la probable dégradation de cette pratique : les contes des années 1970 et 1980 montrent des familles rurales traditionnelles dans lesquelles l’enfant placé est traité comme les autres enfants. Dans les contes igbo du Nigeria, il est fréquent que le nom d’un personnage annonce ses qualités ou sa destinée. Le conte traditionnel peut s’interpréter comme la nécessité de respecter les mystères de la personnalité ou de la sexualité de son conjoint ; dans la version contemporaine, l’image du serpent pourvoyeur d’argent apparaît comme la métaphore des modes d’enrichissement illégaux et des dangers auxquels ils exposent (AL, Zame Avezo’o). On ne raconte pas la fin avant le début, ni des évènements présents avant ceux du passé. Ces deux ouvrages rassemblent des contributions qui ont été écrites pour la plupart par des membres du centre LLACAN (Langage, Langues et Cultures de l’Afrique noire). 9La littérature orale participe de ce que les linguistes ont qualifié de fonction conative, en ceci qu’elle vise à influencer le comportement des destinataires. Les épopées et les contes traditionnels témoignent d'une importante tradition orale répandue à travers le continent, tandis que patrimoine littéraire écrit se développe considérablement au XXe siècle. Le recours au proverbe peut être une façon d’adresser à l’autre conseil ou remontrance, dans des sociétés où, comme chez les Bwa du Mali, les relations interpersonnelles proscrivent des propos trop explicites (PN, Leguy). Dans son introduction, Ursula Baumgardt définit le cadre théorique et méthodologique du projet pilote ELLAF (Encyclopédie des littératures en langues africaines) qui est à la source de l’ouvrage. Quelle définition adéquate nous en donne le corpus littéraire africain ? Les Contes recueillis et analysés par Christiane Seydou illustrent les institutions peules traditionnelles : monarchie, hiérarchie sociale, polygamie, pastoralisme. Nous ignorons son identité, mais la parole authentique, celle qui se partage n’a pas de visage. 14 Ce conte présente un enfant qui désobéit à sa mère et se retrouve seul dans lemonde sauvage. L’oralité a été convoquée dès l’origine par la critique comme l’un des critères d’approche privilégiés de la production littéraire africaine. De façon habituelle, le passage à l’écrit se traduit pourtant par un lexique davantage recherché et par des descriptions plus développées et plus explicatives. Les ressorts narratifs en sont bien souvent les razzias du bétail, conflits entre fratries, rivalités entre co-épouses. Sur chacun de ces fragments, est résumé un proverbe par une série de signes et d’abréviations. Et les auteurs comme Gaston-Paul Effa, Alain Mabanckou, A. Waberi ou Calixthe Beyala de le confirmer par des chefs d’oeuvre de style d’une pureté et d’un académisme jugé outrancier par les nostalgiques du « parler nègre banania ». Jugeant ce procédé trop complexe et trop systématique pour être le fait d’un auteur unique, Parry y a vu l’héritage de plusieurs générations d’aèdes qui ont, au fur et à mesure de leurs improvisations, sélectionné sans s’en rendre compte les épithètes les mieux adaptés à la prosodie. Dans cette optique, la critique africaine globale redéfinit la littérature africaine comprise comme objet d’étude en vue de tenir compte de la manière dont le texte africain s’inscrit dans un réseau de textes qui comprend l’ensemble de la littérature mondiale et des contre-littératures mais aussi les autres types de médias. Mais la relation entre les deux champs ne saurait donc avoir été la même tout au long de ces années comme le montre l'auteur. Mais la référence à l oralité, comme trait culturel spécifiquement africain, a été aussi l objet d un enjeu non négligeable dans l histoire de la critique appliquée aux littératures écrites dans des langues européennes, lorsqu elles ont émergé de façon significative à partir des années cinquante. Les enfants pratiquent la devinette, la comptine et apprennent à raconter des contes (AL, Ugochukwu). Mais, en près d’un siècle, les littératures africaines écrites ont considérablement évolué dans leur esthétique comme dans leur thématique et les littératures orales aussi. Le conte traditionnel peut s’interpréter comme la nécessité de respecter les mystères de la personnalité ou de la sexualité de son conjoint ; dans la version contemporaine, l’image du serpent pourvoyeur d’argent apparaît comme la métaphore des modes d’enrichissement illégaux et des dangers auxquels ils exposent (AL, Zame Avezo’o). Selon les contes, la figure peut jouer vis-àvis du héros un rôle d’auxiliaire ou d’agresseur. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/14052  ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.14052, Voir la notice dans le catalogue OpenEdition, Plan du site – Contacts – Crédits – Flux de syndication, Nous adhérons à OpenEdition Journals – Édité avec Lodel – Accès réservé, Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search. Respectueuse et proche de sa mère, Yasama accepte l’époux qui lui est imposé. 13 La belle et libre Yasama cultive les céréales plutôt que de rester au village comme les autres femmes. 11 Ainsi, la geste du héros Guelel qui protège la vache Thiwel que veut voler son ennemi Goumanel. Loralité a grandement contribué au développement de la littérature francophone. 13Dans les contes wolof ou lébou, l’initiation du héros s’accomplit fréquemment par la confrontation avec une figure monstrueuse. . Ce n’est donc plus le fond qui justifie l’Oralité mais la forme prise par le discours. Ces rumeurs présentent une forte ressemblance avec les contes traditionnels dans lesquels Yélé, la fille difficile, a épousé le serpent Mbolo qui a pris forme humaine pour la séduire, la couvre de richesses, mais lui interdit de pénétrer là où il vit. L’oralité est souvent abordée selon un point de vue simplificateur : les littératures orales, pratiquées en milieu rural, dans des zones plus ou moins isolées et « traditionnelles », seraient conservatrices et incapables de s’ouvrir à l’innovation. Célèbre auteur de L’enfant noir (1953)4, Camara Laye a également publié en 1954 un roman Le regard du roi5. 15Par l’abondance des réflexions, la diversité des approches et la justesse des analyses, ces deux ouvrages forment une référence indispensable sur les littératures orales africaines. Dès lors, la meilleure façon de la préserver est d’encourager sa pratique et de soutenir les droits et conditions d’existence des groupes qui l’ont créée (PN, Baumgardt). Ces genres oraux facilitent très rapidement la compréhension d’un message entre les membres d’une communauté. Celle-ci peut être un conjoint non humain, un animal doté de pouvoirs magiques, un génie bénéfique ou malfaisant… Tous ces personnages peuvent être qualifiés par le terme latin, dont la racine étymologique indo-européenne a donné plusieurs dérivés qui traduisent une parenté sémantique en latin entre le monstre et l’idée d’avertissement (notamment par les dieux), . Cependant, elles développent également la mémorisation et l’intériorisation des normes collectives puisque la seule réponse reconnue comme juste est celle fixée par la tradition9 (AL, Sié Alain). Mots clés:Littérature africaine, Ahmadou Kourouma, oralité, traduction, culture. Sa mauvaise conduite devant les parents de sa fiancée l’empêche d’obtenir une épouse et signifie son échec à devenir un homme (AL, Leonelli). Le déclin de la société rurale traditionnelle et l’aggravation des difficultés économiques à partir des années 1980 semblent avoir entraîné une extension et une dérive de cette pratique, les enfants placés étant trop souvent déscolarisés et victimes de maltraitance. Sassou, étranger au sentiment de la honte, L’Ecrivain-Chercheur Michel Innocent Peya Soutient sa Thèse à l’Ecole de commerce de Lyon : "La biodiversité dans le bassin du Congo. Cet ensemble de valeurs est incarné par l’épopée des deux héros Silâmaka et Poullôri, ou celle du Fouladou10 (PN, Oumarou Bâ). (AL, Sié Alain). Bonne semence : et, si nous étions un conseiller du Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo . Lors des réjouissances publiques, le chanteur s’appuie sur cet objet pour soutenir sa mémoire et retrouver les histoires et récits qu’il relate (AL, Camara). Les valeurs de bravoure s’expriment notamment dans un épisode où ils affrontent un serpent. Les hommes investissent dans les discours politiques et les proverbes, registres les mieux considérés qui permettent d’exprimer des talents d’orateur et de concentrer une sagesse ancestrale. Mais, en près d’un siècle, les littératures africaines écrites ont considérablement évolué dans leur esthétique … La tradition orale occupe ainsi une place importante dans l’histoire africaine, comme le soulignait Amadou Hâmpaté Bâ : « la tradition orale est au cœur de l’histoire de l’Afrique, de l’héritage de connaissance de tous ordres patiemment de bouche à oreille et de maître à disciple à travers les âges ». Les poètes africains actualisent eux aussi les figures de l’oralité traditionnelle, tout en se réclamant d’influences occidentales ou plus contemporaines. Ses travaux combinent enquêtes de terrain et analyse globale du fait linguistique, selon des approches d’ethnologie mais aussi de théorie littéraire, analyse linguistique ou stylistique. Sans pouvoir rendre justice à toutes les contributions, nous présentons une synthèse de leurs principaux enseignements qui portent sur la théorie de l’oralité, ses formes stylistiques ainsi que sur son inscription dans les sociétés africaines. C’est aussi un récit de fondation qui présente l’origine de la divination par consultation du renard pâle et la naissance du héros guerrier et civilisateur Amaseru, le fils de Yasama (AL, Douyon), . Vincent Hecquet, « Littératures orales africaines »,  Cahiers d’études africaines, 195 | 2009, 833-840. Bref dans la « manière de dire » ou le discours de l’auteur. Stratégie : Refuser de se faire vacciner pour prendre Denis Sassou Nguesso dans (...), Discours de nouvel an de l’association • Actions pour le Congo-Brazzaville avec • (...), Le producteur artistique Maurice NGUESSO au chevet des « Bantous de la capitale (...), Après le message de Sassou Nguesso sur l’état de la nation en 2020 : Filles et fils (...). Dans son second roman comme dans sa thèse, Camara Laye décrit l’arrivée du roi dans un village, épisode qu’il extrait d’une épopée traditionnelle malinké. L’Ivoirien Jean-Marie Adiaffi (1941-1999) revendique une écriture, du nom du tissu africain conçu comme un assemblage de morceaux multicolores. Jusqu’à une époque donnée, parler de l’oralité dans une oeuvre revenait à y trouver des bribes de sagesse africaine qui n’ en était quelque fois pas une ; des extraits de proverbes cités, de chants non traduits, des glossaires, des noms des héros de l’Histoire de l’Afrique ou gardiens de la mémoire noire. Le. Les ressorts narratifs en sont bien souvent les razzias du bétail, conflits entre fratries, rivalités entre co-épouses. Unité mixte associant le CNRS et l’Institut national des langues et civilisations orientales, ce centre détient une place essentielle dans la recherche française. Les auteurs de la nouvelle génération insisteraient de leur côté sur le respect des règles imposées par l’écriture. 15 En effet, monitor a pour origine la racine indo-européenne men – d’où dérivent entre autres mens (esprit), monere (avertir), montrare (montrer) et monstrum (fait prodigieux, sortant de la nature). L’oralité en tant qu’un trait distinctif de la littérature orale est très bien célébrée dans la littérature antillaise qui a pris sa source de la littérature africaine en raison historique. Autre poète et dramaturge ivoirien, Bernard Zadi Zaourou a défini son art poétique en reprenant un terme issu de la tradition orale, le didiga8. L’épopée développe ainsi un récit collectif qui construit une identité idéologique ou culturelle. Une fois l’assemblée décrite, le barde relate la délibération, puis l’exécution de la décision, rapportant les épisodes selon un ordre logique. 10Les épopées orales reflètent, affirment et transmettent les valeurs de la société peule. L’édition écrite joint aux signes de l’oralité un lexique plus soutenu, des notes et des explications visant à permettre sa diffusion auprès d’un public plus large (PN, Bourlet). Sa mauvaise conduite devant les parents de sa fiancée l’empêche d’obtenir une épouse et signifie son échec à devenir un homme (AL, Leonelli). Selon les contes, la figure peut jouer vis-àvis du héros un rôle d’auxiliaire ou d’agresseur. Le recours au proverbe peut être une façon d’adresser à l’autre conseil ou remontrance, dans des sociétés où, comme chez les Bwa du Mali, les relations interpersonnelles proscrivent des propos trop explicites (PN, Leguy). Que ce soit dans les romans, les nouvelles ou la poésie, le tirailleur est un personnage récurrent de la littérature africaine. Récits, discours, images qui paraîtra en juillet 2021 chez LEGS ÉDITION sous la direction de Salma FELLAHI et Réda BEJJTIT. : par exemple, lorsque le barde décrit une assemblée, il commence par le chef puis descend la hiérarchie jusqu’au membre le plus humble. Zadi Zaourou l’a repris comme une métaphore de la quête poétique : comme le chasseur ou le féticheur mythique, le poète tente d’appréhender le monde dans une tentative à la fois démiurgique et imparfaite, qui révèle la grandeur et les limites de l’humain (AL, Soro). Ces ouvrages honorent deux grands spécialistes de l’oralité africaine : (noté PN) est offert en hommage à Christiane Seydou et. Azané est mis à mort par les hommes de main du système colonial, « hommes blancs habillés de noir et hommes noirs habillés de blanc ». Étudiant l’œuvre d’Homère, Parry observe que les épithètes qui caractérisent les héros permettent d’ajuster la prosodie en remplissant exactement l’espace compris entre la césure et la fin du vers. L’Association Legs et Littérature (ALEL) lance un appel à contributions pour le 17 ème numéro de la revue Legs et Littérature, consacré à la thématique Arts et littératures d’Afrique. Ce souci esthétique et pédagogique peut être lié au statut plus durable de l’œuvre écrite et au souci de toucher un public plus large. Et je n’ai donc pas besoin de la revendiquer ». Cest la rencontre de deux mondes : le monde de loral qui transmet de manière sonore des mémoires, un patrimoine culturel et le monde de lécrit classique. spectaculaire de la linguistique dans les sciences humaines, c’est le moment où les linguistes vont prendre le relais des ethnologues « classiques » dans l’étude des littératures orales africaines. Des observations similaires peuvent être faites en confrontant la version orale de l’épopée de, et sa transcription écrite, récemment publiée en peul, . 3 La corde est d’usage individuel, et les signes généralement intelligibles par le seul maître qui a construit sa corde. Cependant, l’influence de l’oralité sur les littératures d’Afrique noire pose aujourd’hui la question de sa redéfinition. Dans le conte sanan, la mère et sa co-épouse apparaissent coupables d’avoir mal surveillé l’enfant. À l’héritage de l’oralité africaine, son style réunit de multiples influences, parmi lesquelles les philosophes présocratiques, les poètes symbolistes, et les écrivains de la négritude. « Il n’y a aucune dérogation à l’exigence de qualité », affirmait déjà Dominique Mondoloni à la tête de la rédaction de Notre Librairie. L’étude de la relation entre littérature et oralité ne saurait, par ailleurs, se borner à l’examen des traces de culture orale dans l’écriture. Le producteur artistique Maurice NGUESSO au chevet des « Bantous de la capitale », l’orchestre que les congolais glorifient. À l’héritage de l’oralité africaine, son style réunit de multiples influences, parmi lesquelles les philosophes présocratiques, les poètes symbolistes, et les écrivains de la négritude. La version finale diffère, la fille s’en tirant avec une leçon de morale cependant que le garçon meurt en arrivant chez lui. Sans pouvoir rendre justice à toutes les contributions, nous présentons une synthèse de leurs principaux enseignements qui portent sur la théorie de l’oralité, ses formes stylistiques ainsi que sur son inscription dans les sociétés africaines. L’ensemble des valeurs viriles forme le, à savoir le comportement distinctif de l’homme peul qui allie intelligence, courage, fierté et maîtrise de soi. Lorsqu’il est question de l’oralité de la littérature africaine de langue française au sens des emprunts à la tradition orale, il s’agit de l’intégration dans le texte écrit de techniques littéraires qui appartiennent aussi à la tradition précoloniale (structuration du récit, symbolismes, thèmes, rapport avec le public, types de personnages, etc.)9. Cette corde consiste en un chapelet qui réunit des centaines de fragments de calebasse mesurant chacun environ cinq centimètres. Celle-ci aurait trouvé en cette source patrimoniale l’un … Celle-ci aurait trouvé en cette source patrimoniale l’un des ferments de sa spécificité. Ce récit présente certaines analogies avec la Chanson de Roland : Goumanel tue le neveu de Guelel qui refuse d’appeler à l’aide ; le récit s’achève comme les deux adversaires décident de faire la paix, suite à un long combat dans lequel aucun ne peut l’emporter. Les épopées orales reflètent, affirment et transmettent les valeurs de la société peule. Aujourd’hui, alors que le groupe des pêcheurs est en déclin avec la raréfaction de la pêche, de nouveaux chanteurs reprennent l’œuvre de Guellaye, l’enregistrent sur des cassettes et l’interprètent en ville lors de soirées ou de mariages. 1. . Cette dimension d’improvisation trouverait sa preuve, selon Parry et Lord, dans la présence de plusieurs traits stylistiques. Relatant l’initiation de la jeune héroïne, il développe une représentation du rôle des femmes. 4 L. Camara, L’enfant noir, Paris, Plon, 1953. 7 Les deux œuvres présentent le parcours d’un narrateur confronté aux méfaits du colonialisme et s’achèvent sur l’annonce d’une libération. Il s’agit aussi souvent pour la famille d’accueil d’avoir une aide pour élever ses propres enfants ou participer aux travaux domestiques. Lord remarque que les procédés caractéristiques de l’oralité se prêtent particulièrement à l’improvisation. Il peut correspondre à la prise en charge de la scolarité et de l’éducation de l’enfant en réponse à une demande de ses parents. La femme serpent disparaît finalement dans la mer. L’oralité a été convoquée dès l’origine par la critique comme l’un des critères d’approche privilégiés de la production littéraire africaine. Le problème qui se pose à tout traducteur face à un texte littéraire tient à une certaine dépendance par rapport au contexte du discours littéraire. En se présentant sous forme de texte, l´écrit semble bien être plus important en termes de volume que l´oralité et il faut bien noter que cela n´est pas le fruit du hasard. Dans les contes igbo du Nigeria, il est fréquent que le nom d’un personnage annonce ses qualités ou sa destinée. Le barde qui récite a mémorisé le canevas global du récit et la succession des figures. Deux différences séparent pourtant le conte traditionnel et la rumeur actuelle. Paris, Karthala, 2005, 334 p. 1Ces deux ouvrages rassemblent des contributions qui ont été écrites pour la plupart par des membres du centre LLACAN (Langage, Langues et Cultures de l’Afrique noire). L’oralité est une forme de littérature car elle appelle forcement une structure dans sa construction. C’est aussi un récit de fondation qui présente l’origine de la divination par consultation du renard pâle et la naissance du héros guerrier et civilisateur Amaseru, le fils de Yasama (AL, Douyon)13. Cet enfant se moque de son père, ridiculise les figures du sultan, du griot et du marabout… Ces institutions ne se sont imposées que tardivement au Nord Cameroun, à partir du XVII, siècle. Au début des années 2000, circulait dans les villes du Gabon une série de légendes urbaines présentant des hommes-serpents ou femmes-serpents.

Neuvaine à Saint Raphael Pour Rencontrer L'âme Soeur, Le Mot Le Plus Long En Français, événement France Covid, Lac Des Millefonts Visorando, Haydn Symphonies Wiki, Où Vit Lalbatros, Destockage Arme De Chasse, Gorges Du Cians,